Au Japon, quand les hikikomori s'ouvrent par le dialogue
Au Japon, le fait d'éviter de s'impliquer dans la société, par exemple au travail ou à l'école, et de rester enfermé à la maison pendant plus de six mois est le phénomène dit des "hikikomori" ou reclus. On estime que plus de 1,1 million de Japonais sont reclus. Les médias font état de l'inquiétude grandissante face à l'idée qui se répand depuis l'attaque à l'arme blanche en mai 2019, qui a fait 20 morts et blessés, principalement des élèves du primaire. Son auteur avait tendance à vivre dans l'isolement. Nous présentons des personnes ayant une telle expérience et qui s'efforcent de faire entendre leur voix, ainsi que la thérapie de "dialogue" mise au point pour les aider.(Cette émission a été diffusée le 17 octobre 2019)
Une réunion d'urgence organisée par des personnes ayant l'expérience de l'isolement et leurs soutiens
Le professeur Tamaki Saito de l’Université de Tsukuba, psychiatre, a soutenu les hikikomori pendant des années
Naohiro Kimura, rédacteur en chef du "Hikikomori Newspaper", a vecu un tel isolement