L’armée du Myanmar transfère Aung San Suu Kyi vers un autre centre de détention

L’armée du Myanmar a transféré l’ancienne cheffe de la démocratie Aung San Suu Kyi d’un centre de détention inconnu vers une prison dans la capitale Naypyidaw.

Un porte-parole du conseil militaire de gouvernement, Zaw Min Tun, a déclaré dans un communiqué jeudi qu’Aung San Suu Kyi, conformément au droit pénal, avait été gardée dans un endroit spécial, à l’écart des autres prisonniers.

Elle avait été arrêtée le 1er février 2021 lors du coup d’État organisé par l’armée.

La lauréate du prix Nobel de la paix a été accusée d’environ 20 infractions pénales. Elle a été reconnue coupable de six chefs d’accusations, dont l’importation illégale de talkies-walkies. Elle a jusqu’à présent écopé de 11 ans de prison.

L’armée a indiqué que ses audiences auraient lieu dans un nouveau tribunal spécial dans une prison de Naypyidaw.

Les groupes prodémocratie et la communauté internationale ont critiqué l’armée. Ils affirment que les procès arbitraires se déroulent dans des conditions extrêmement défavorables aux accusés. L’emprisonnement d’Aung San Suu Kyi devrait susciter davantage de critiques.