Plus de 2000 personnes auraient été tuées par l'armée au Myanmar

L'Association d'assistance aux prisonniers politiques, une organisation de défense des droits humains du Myanmar, estime que plus de 2000 personnes ont été tuées au cours de la répression militaire depuis le coup d'État de février 2021.

L'association précise qu'à la date de mercredi, 2007 personnes avaient été victimes de la répression.

L’organisation ajoute que de nombreux décès sont signalés dans la région de Sagaing, dans le nord-ouest du Myanmar, où les combats se poursuivent entre l'armée et les forces favorables à la démocratie.

Les militaires utiliseraient des armes lourdes pour attaquer des villages. Ils auraient recours à la torture contre les habitants. Le groupe affirme que le 6 juin, les militaires ont attaqué des résidents réfugiés dans un temple bouddhiste et ont tué 11 personnes. Les soldats auraient tiré sur certaines personnes dans le dos.

L'ambassade des États-Unis au Myanmar a déploré sur Twitter mercredi le bilan de plus de 2000 civils tués. « Les atrocités inhumaines commises par l'armée à l'échelle nationale contre le peuple birman soulignent l'urgence de demander des comptes aux militaires ».