Prières pour les victimes de la bataille d'Okinawa de 1945

Les habitants du département d'Okinawa, dans le sud du Japon, ont commémoré le 77e anniversaire de l'une des batailles les plus meurtrières de la Seconde Guerre mondiale.

Plus de 200 000 personnes, dont environ un quart des habitants d'Okinawa, ont perdu la vie, pendant cet affrontement. Okinawa considère le 23 juin 1945 comme le dernier jour de combat organisé entre l'Armée impériale japonaise et les forces américaines.

Des participants à la cérémonie se sont rendus jeudi sur la Pierre angulaire de la paix. Ce monument est installé dans le parc aménagé là où se sont déroulés certains des combats les plus violents, au plus fort de la bataille.

Présente à l’événement, une septuagénaire n’a jamais connu son père, mort pendant la bataille. Elle a déclaré : « Je n'ai pas eu la chance de voir mon père. J'espère que la société pourra apprendre à vivre sans conflit, afin que moins de personnes vivent ce que j'ai vécu ».

Seuls 10 % environ de la population actuelle d'Okinawa sont nés avant la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ceux qui sont nés après le conflit veulent que les générations futures comprennent la tragédie de la bataille.

Le gouverneur d'Okinawa, Tamaki Denny, a établi des comparaisons avec ce qu’endurent les civils innocents aujourd'hui en Ukraine. « C'est un choc indescriptible de voir que ce qui se passe là-bas nous rappelle ce qui s'est passé ici il y a 77 ans, pendant la bataille d'Okinawa. En nous adressant au monde, nous élevons nos voix pour appeler à la paix. Nous continuerons à demander l'éradication des armes nucléaires, la fin de la guerre et la paix éternelle, afin qu'Okinawa ne soit plus jamais un champ de bataille ».

M. Tamaki a également évoqué la présence durable des forces américaines dans le département insulaire. Cette année marque le 50e anniversaire de la restitution d'Okinawa au Japon après la guerre. Mais près de 70 % des installations militaires américaines du Japon sont toujours concentrées dans le petit département.