La représentante de l’ONU pour le désarmement s’exprime avant la réunion des signataires du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires

La représentante des Nations unies pour le désarmement affirme que la première rencontre des signataires du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires devrait avant tout réaffirmer qu’il faut prévenir l’utilisation de ces armes.

Nakamitsu Izumi, secrétaire générale adjointe de l’ONU et haute représentante pour les affaires de désarmement, s’est adressée à la NHK avant l’ouverture de la rencontre.

Elle a déclaré que, particulièrement dans le contexte de l’invasion russe en Ukraine, il était primordial de réaffirmer que l’utilisation des armes nucléaires ne doit jamais être autorisée.

Pour elle, l’un des objectifs les plus importants est de mettre à nouveau en avant l’impact humanitaire des armes nucléaires et de défendre le principe de non-utilisation.

Mme Nakamitsu a souligné la présence de survivants de la bombe à la rencontre, les hibakusha, qui sont les seuls à pouvoir exprimer précisément les conséquences désastreuses de la bombe atomique, puisqu’ils ont vécu ces faits historiques. Elle espère qu’ils transmettront un message réaliste et percutant.

Pour Mme Nakamitsu, le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires ne suffira pas à lui seul à faire du désarmement nucléaire mondial une réalité, la situation n’étant pas si simple. Divers outils doivent être utilisés pour finalement arriver à l’abolition. Elle a mentionné d’autres cadres, comme le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), qui appelle les pays dotés de ces arsenaux à tendre vers le désarmement.

Une conférence sur la révision du TNP est prévue à New York en août.