Rencontre des États signataires du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires dans un climat de tension

Le président russe Vladimir Poutine a laissé entendre tout au long de l’opération militaire en Ukraine que ses forces pourraient utiliser des armes nucléaires. Les délégués des pays qui ont signé le traité onusien interdisant l’utilisation de telles armes mettent en garde contre les dangers liés à cette situation.

Mardi, premier des trois jours de la réunion des États signataires du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, le président de la rencontre, l’Autrichien Alexander Kmentt, a exprimé son inquiétude concernant l’accélération des débats sur la dissuasion nucléaire et la menace croissante d’une utilisation des armes nucléaires.

Le délégué de la Nouvelle-Zélande, un des États signataires, a fustigé le président russe Vladimir Poutine pour avoir ordonné la mobilisation nucléaire.

Le ministre néo-zélandais du Désarmement et du Contrôle des armements Phil Twyford a déclaré : « Sa menace d’utiliser des armes nucléaires et l’invasion illégale et injustifiée de l’Ukraine par la Russie nous ont menés une fois de plus au bord d’une catastrophe nucléaire. »

La Russie, les États-Unis, la Chine et d’autres États munis de l’arme nucléaire ne se sont pas joints au traité onusien. Le Japon et une partie des autres pays qui sont sous un « parapluie nucléaire » ont aussi refusé de signer le traité. Mais les maires de Hiroshima et Nagasaki participent à la rencontre. Ils ont tous deux souligné la nécessité d’abolir les armes nucléaires.

Le maire de Hiroshima, Matsui Kazumi, a dit : « Il est impératif de faire comprendre aux États possédant des armes nucléaires la nature inhumaine de ces armes et l’incertitude concernant la gestion des arsenaux nucléaires en appelant d’autres États à joindre le traité. »

Le maire de Nagasaki, Taue Tomihisa, a pour sa part déclaré : « Le risque d’un nouvel Hiroshima ou Nagasaki s’accroît actuellement. Nous devons tous adopter la devise des hibakusha : Faisons de Nagasaki le dernier site ayant subi un bombardement atomique. »