La Corée du Sud va mettre en place un organe de consultation sur la question du travail en temps de guerre

La Corée du Sud prévoit de mettre en place prochainement un groupe de consultation afin de discuter des moyens de résoudre la question du travail en temps de guerre, avec le Japon.

Des sources ont affirmé à la NHK lundi que l'organe sera composé de responsables du gouvernement et d'experts du secteur privé.

Selon une source gouvernementale, la résolution de ces problèmes était l'une des priorités de la Corée du Sud pour améliorer ses relations avec le Japon.

Le Seoul Shinmun a rapporté lundi que l'organe devrait être mis en place d'ici la fin du mois de juin.

Le ministère sud-coréen des Affaires étrangères n'a pas fait spécifiquement référence au projet, mais il a précisé qu'il s'efforçait de trouver un accord raisonnable qui corresponde aux intérêts des deux pays.

Des tribunaux sud-coréens ont ordonné à des entreprises japonaises de verser des indemnités à des personnes qui affirment avoir été contraintes de travailler pour ces entreprises pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le gouvernement nippon considère la question des droits au versement de dédommagements comme complètement et définitivement réglée en 1965, quand le Japon et la Corée du Sud ont normalisé leurs relations.

Le Japon estime que ces décisions et les procédures judiciaires correspondantes sont contraires au droit international et demande instamment à la Corée du Sud de rectifier la situation.

Mais des procédures sont en cours pour vendre les actifs saisis auprès des entreprises japonaises.

Selon les médias sud-coréens, la question est de savoir si l'organe de consultation, qui doit être mis en place par le nouveau gouvernement du président Yoon Suk-yeol, contribuera à rétablir les liens bilatéraux avec le Japon.