Une survivante de la bombe atomique appelle à rejeter le « mythe dangereux » des armes nucléaires

Une survivante japonaise du bombardement atomique de Hiroshima en 1945 a exhorté la communauté internationale à rejeter ce qu'elle appelle le « mythe dangereux » des armes nucléaires.

Setsuko Thurlow, qui vit au Canada, a lancé cet appel dans un discours en ligne, samedi, lors d'un événement parrainé par la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires. Cet événement a eu lieu avant la première réunion des États signataires du Traité de l'ONU sur la non-prolifération des armes nucléaires, qui s'ouvrira mardi à Vienne.

Mme Thurlow a raconté comment elle a vécu le bombardement nucléaire dans sa ville natale alors qu'elle n’avait que 13 ans. Elle a souligné l'importance du traité des Nations unies, affirmant qu'il s'agit de « l'ouverture qui peut mettre un terme au long règne de la terreur nucléaire ». Mme Thurlow a déclaré qu'elle craignait que « l'horreur et le traumatisme de la guerre en Ukraine soient utilisés pour promouvoir les armes nucléaires en tant que ‘’protection’’.»

Elle a déclaré : « Nous devons désavouer ce mythe dangereux maintenant, avant que l'ouragan catastrophique de la guerre nucléaire ne détruise la vie sur Terre ».

Mme Thurlow a également lancé un appel au premier ministre japonais Kishida Fumio. Le gouvernement a décidé de ne pas participer à la première réunion des États signataires du traité de l'ONU, en tant qu'observateur. Elle a ajouté : « La seule façon de garantir que l'humanité n'utilise jamais d'armes nucléaires est que l'humanité y renonce et les abolisse. » Elle a exhorté M. Kishida à « aider à sortir le Japon de l'obscurité de la dépendance nucléaire ».

M. Kishida, dont Hiroshima est la circonscription électorale, a exprimé son intention d'accueillir le sommet du G7 dans cette ville l'année prochaine.