Les chefs de la Défense de l’OTAN se sont réunis à Bruxelles

À Bruxelles, les ministres de la Défense des pays de l’OTAN se sont engagés à fournir plus d’armes à l’Ukraine, l’invasion russe les ayant poussé à repenser leur « position future ».

À la fin d’une rencontre de deux jours qui s’est terminée mercredi au siège de l’OTAN, son secrétaire général Jens Stoltenberg a affirmé que l’agression russe changeait la donne et que l’OTAN devait conserver une capacité de dissuasion crédible et une défense forte.

Lloyd Austin, secrétaire américain à la Défense, a ajouté qu’il était très fier des progrès faits au cours des derniers mois, et que ce travail de qualité devait se poursuivre.

Les chefs de la Défense veulent consolider leurs forces, particulièrement le long des frontières est de l’Estonie, de la Lettonie, de la Lituanie, de la Pologne et de la Roumanie.

Ils restent cependant divisés sur la question du nombre de soldats à envoyer, des zones où les déployer, et du type d’armes à fournir. Les discussions vont se poursuivre lors de leur prochaine réunion à Madrid, du 28 au 30 juin prochain.

Selon Jens Stoltenberg, les dirigeants de l’OTAN espèrent que ce sommet sera « transformateur », et qu’il permettra d’établir la stratégie de l’alliance pour les 10 prochaines années. Lloyd Austin a indiqué qu’ils espèrent améliorer la coopération avec les partenaires de la région Asie-Pacifique, notamment le Japon et l’Australie.