Le commentaire du ministre sud-coréen de la Défense sur le GSOMIA reflète la position sécuritaire de la Corée du Sud dans la région, selon son porte-parole

Le porte-parole du ministère sud-coréen des Affaires étrangères a indiqué que le ministre des Affaires étrangères Park Jin s’était exprimé conformément à la position de base du pays pour la coopération sur la sécurité régionale, lors d’une intervention au sujet de l’état d’un accord de partage d’information avec le Japon.

M. Park a indiqué lors d’une rencontre avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken, lundi à Washington, que l’application du GSOMIA avec le Japon, l’Accord général sur la sécurité des informations militaires, devrait être normalisé.

Le Japon et la Corée du Sud ont signé le GSOMIA en 2016. En 2019, cependant, l’administration du président Moon Jae-in avait indiqué au Japon qu’elle comptait supprimer l’accord après la mise en application de contrôles renforcés par le Japon sur les exportations vers la Corée du Sud.

Séoul avait par la suite maintenu l’accord, mais avait averti qu’elle pourrait le supprimer à tout moment.

Selon les observateurs, en soulignant l’importance du GSOMIA, l’administration du président Yoon Suk-yeol, arrivé au pouvoir le mois dernier, espère mettre en avant son intention d’améliorer ses relations avec le Japon.

Le porte-parole du ministère a indiqué mardi à la presse que M. Park avait souligné le besoin d’une coopération sans à-coup sur la sécurité avec le Japon et les États-Unis pour gérer les menaces présentées par la Corée du Nord.