Des chercheurs japonais appliquent une peau virtuelle à des robots

Des chercheurs de l'université de Tokyo annoncent avoir mis au point une méthode pour cultiver un semblant de peau humaine vivante, apte à recouvrir la surface des robots.

Un groupe de recherche dirigé par le professeur Takeuchi Shoji affirme avoir utilisé deux types de cellules de peau humaine pour cultiver un matériau de peau vivante. Les cellules et un robot en forme de doigt humain ont été cultivés ensemble dans un conteneur dédié, ce qui a permis de générer un semblant d’épiderme épais de 1,5 millimètre, autour du doigt robotisé.

Selon les chercheurs, cette peau virtuelle a une fonction d'imperméabilisation et peut supporter les étirements et les contractions répétés des articulations du doigt.

Ils précisent que la peau cultivée en laboratoire est également dotée de capacité d'auto-guérison. Une blessure a pu être soignée grâce à l’application d’une feuille de collagène, sept jours durant.

Ils notent cependant que la peau vivante a une faible longévité hors de sa solution de culture.

Le professeur Takeuchi souhaite explorer les moyens d'appliquer aux robots les fonctions sophistiquées des êtres vivants, tout en tenant compte des problèmes d’ordre éthique.