Une réplique du « Pilier de la honte » est vandalisée à Taipei

La police taïwanaise a incarcéré un jeune homme de 19 ans qui aurait aspergé de peinture noire le « Pilier de la honte », une statue honorant les victimes du drame survenu en 1989 place Tiananmen, à Pékin.

La statue de Taipei a été retrouvée vandalisée dimanche. Après consultation des images provenant des caméras de surveillance, la police a retrouvé le suspect et enquête à présent sur ses motivations.

Le jeune homme aurait déclaré aux enquêteurs qu'il souhaitait exprimer sa colère, provoquée par les restrictions liées à la pandémie de coronavirus.

Un groupe citoyen nommé « Nouvelle école de la Démocratie » est à l'origine de la réplique en question.

L'original, créé par un artiste danois, se trouvait depuis 1998 dans le campus de l'université de Hongkong.

Cette dernière s'en est séparée en décembre dernier, suite à de nombreuses arrestations liées à la loi locale sur la sécurité nationale, destinée à réprimer les activités antigouvernementales.

Avec l'autorisation de l'artiste danois, l'organisation citoyenne a pu reproduire la statue via une imprimante en 3D. Elle trône sur une place de Taipei depuis le 4 juin, qui marquait le 33ème anniversaire du massacre de Tiananmen.