La Corée du Nord s'apprête à rejeter les offres de vaccins un mois après avoir confirmé ses premiers cas

La Corée du Nord s'apprête à rejeter toute offre de vaccins contre le coronavirus en provenance de l'étranger, malgré une récente augmentation du nombre de contaminations dans le pays, désormais supérieur à quatre millions.

Le nombre total de personnes atteintes de fièvres apparemment causées par le virus aurait atteint près de 4,4 millions sur la période allant de fin avril à vendredi. Une personne sur six serait ainsi concernée dans le pays.

Pyongyang affirme toutefois que le nombre quotidien de nouveaux cas de fièvre est en baisse depuis que la barre des 390 000 a été franchie, le 15 mai dernier. La situation se serait améliorée entre-temps et le nombre de contaminations journalières serait retombé vendredi sous la barre des 50 000.

Le dirigeant Kim Jong-un est publiquement apparu masqué, pour la première fois, le mois dernier.

Mais sur des images prises lors d'une réunion plénière du Comité central du Parti des travailleurs au pouvoir en Corée du Nord, organisée vendredi, M. Kim et la majorité des participants ne portaient pas de masque.

Durant cette réunion, Kim Jong-un a déclaré que la nation devait renforcer ses opérations économiques et son dispositif médical afin que le système de santé du pays puisse pleinement affirmer sa supériorité, en réalisant un miracle inédit pour le reste du monde.