L’Union européenne convient d’appliquer des quotas dans les conseils d’administration

L’Union européenne a conclu un « accord provisoire » visant à imposer des quotas comprenant une proportion égale d’hommes et de femmes dans les entreprises listées du bloc pour renforcer la participation des femmes dans les conseils d’administration.

L’accord a été conclu mardi entre le conseil et le Parlement européen.

D’ici le milieu de 2026, les entreprises devront avoir au sein de leur conseil au minimum 40 % de membres non dirigeants. Alternativement, le sexe sous-représenté devra former 33 % de l’intégralité des membres du conseil.

Lorsque deux candidats de sexe opposé ont les mêmes qualifications, les entreprises devront choisir le candidat sous-représenté.

Les entreprises qui ne respecteront pas les quotas devront rapporter les raisons et les mesures à prendre pour y parvenir. Des pénalités pourraient être imposées si elles ne se plient pas à leurs obligations.

La législation devrait être adoptée après l’approbation du conseil et des autres instances impliquées. Dans un communiqué, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré : « La diversité est non seulement une affaire d'équité, mais elle permet également la croissance et l'innovation. »

L'UE a fait de la parité l'un de ses principaux objectifs, y compris pour la correction des inégalités de salaires entre les hommes et les femmes.

Le pourcentage de femmes qui détiennent des postes au sein de conseils d’administration dans des entreprises du bloc varie de 45,3 % en France à 8,5 % à Chypre.