Des diplomates cherchent à débloquer la situation des livraisons de blé d’Ukraine

En Ukraine, les agriculteurs considèrent avec inquiétude leurs champs de blé, qualifiés de « greniers de l'Europe ». L’invasion russe a interrompu l’afflux d’approvisionnement indispensable en nourriture.

Les leaders ukrainiens ont accusé Moscou de bloquer les livraisons de blé dans les ports de la mer Noire. Les Russes, de leur côté, expliquent que les mines posées par les Ukrainiens ont rendu trop dangereux les transports.

Des diplomates turcs travaillent à une solution. Ils ont invité le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov mercredi, pour discuter d’un plan pour rétablir les livraisons.

M. Lavrov a indiqué que si la partie ukrainienne pouvait retirer les mines ou assurer un passage sûr des transporteurs dans la zone, le problème serait alors réglé.

Il a ajouté que d’autres leaders russes et lui-même avaient garanti la sécurité des navires quittant le port. Des officiels des Nations unies tentent de tracer un couloir maritime.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a indiqué que le plan était raisonnable et pourrait être appliqué. Il a précisé, néanmoins, que la Russie et l’Ukraine devaient l’accepter.

Les diplomates ukrainiens indiquent qu’ils rejetteront toute proposition qui ne prendrait pas leurs intérêts en compte.

Ils ont observé les troupes russes poursuivre leur offensive dans l’est. Les combats ont tiré les prix de la nourriture vers le haut et mis en danger l’approvisionnement mondial.