La Chine renforce la sécurité autour de la place Tiananmen à Pékin

Les autorités chinoises ont renforcé la sécurité autour de la place Tiananmen à Pékin, alors que ce samedi marquait le 33ème anniversaire de la répression militaire contre des manifestants prodémocratie.

Le 4 juin 1989, les troupes chinoises ont ouvert le feu sur des étudiants, entre autres personnes, qui s'étaient rassemblés sur la place et aux alentours pour revendiquer la démocratie. L'incident a fait un grand nombre de victimes.

Les autorités chinoises maintiennent qu'elles ont pris la bonne décision en répondant aux protestations. Dans une résolution historique adoptée l'année dernière, le Parti communiste chinois a qualifié l'incident de « trouble ».

Discuter publiquement du drame est considéré comme un tabou en Chine, où l'information est strictement contrôlée.

Samedi, un grand nombre de policiers ont été mobilisés autour de la place et des points de contrôle improvisés ont été installés pour vérifier les effets personnels des visiteurs.

Le nombre de visiteurs sur la place est limité jusqu'au 15 juin dans le cadre des mesures de lutte contre le coronavirus de la ville.

Un groupe de parents de victimes, appelé les « Mères de Tiananmen », a publié sur internet une lettre adressée au gouvernement chinois et à ses dirigeants.

La lettre affirme que la caractérisation et la rhétorique unilatérales et négatrices des faits du parti au pouvoir et du gouvernement chinois sont dénuées d'humanité. Elle affirme qu'ils ne résisteront pas à l'épreuve de l'histoire.

L'un des principaux membres du groupe, Zhang Xianling, a perdu son fils de 19 ans lors de la répression.

Cette mère de 84 ans a déclaré qu'elle ne serait convaincue que son fils n'est pas mort en vain que lorsque le drame fera l'objet d'une enquête approfondie et que la lumière sera faite sur la vérité.