Un tribunal de Hokkaido interdit le redémarrage de la centrale nucléaire de Tomari

À Hokkaido dans le nord du Japon, un tribunal a refusé d’autoriser le redémarrage des réacteurs de la centrale nucléaire de Tomari, évoquant des inquiétudes concernant la sécurité.

Environ 1200 résidents et leurs soutiens réclament que les opérations soient interdites dans les trois réacteurs de la centrale. Ils souhaitent aussi que les installations soient démantelées.

L’affaire se poursuit depuis presque une dizaine d’années. Le débat porte sur la présence de failles actives sous la centrale et ses environs et sur l’efficacité des mesures anti-tsunami.

Les plaignants affirment que les mesures de prévention contre les catastrophes ne prennent pas en considération les secousses qui pourraient être provoquées par un puissant séisme, malgré la proximité de failles actives.

Mardi, au tribunal régional de Hokkaido, le juge présidant la séance, Taniguchi Testuya, a ordonné à la compagnie d’électricité de Hokkaido qui exploite la centrale de ne pas redémarrer les réacteurs.