Réouverture des procédures judiciaires pour Aung San Suu Kyi

Au Myanmar, un tribunal a rouvert les procédures concernant Aung San Suu Kyi après une suspension de deux mois en raison de la pandémie.

Fin juillet, l’armée a suspendu les services administratifs et les opérations des compagnies alors que les infections au coronavirus se propageaient. Toutes les procédures judiciaires ont elles aussi été suspendues. L’armée a levé les mesures cette semaine, la situation s’étant améliorée.

Les audiences impliquant Aung San Suu Kyi ont aussi rouvert mardi. La dirigeante de facto déchue fait l’objet d’une dizaine de chefs d’inculpation, dont l’importation illégale de talkiewalkies. Ses avocats disent ne pas l’avoir vue depuis deux mois, mais ils indiquent qu’elle n’a aucun problème de santé sérieux.

Le 7 septembre, les forces prodémocratie ont lancé un appel à la révolte contre le régime militaire, déclenchant des attaques contre l’armée et des postes de police. L’armée a réagi et fait de nombreuses victimes.

Les avocats de Mme Suu Kyi ont déclaré qu’elle était au courant de la situation, mais qu’elle n’avait pas clairement exprimé son opinion sur la question.

De nouveaux chefs d’accusation ont été déposés contre elle avant la fermeture du tribunal. Sa détention devrait être prolongée.