Le Mécanisme du Myanmar s’inquiète des nombreuses atteintes au droit international dans le pays

Le Mécanisme d’enquête indépendant pour le Myanmar signale que de graves crimes et atteintes au droit international sont toujours commis dans le pays.

Le Mécanisme du Myanmar a été établi par le Conseil des droits de l’homme en 2018, pour enquêter sur les violations des droits humains au Myanmar, notamment sur la répression des citoyens par les forces de sécurité. Lors d’une réunion du conseil lundi à Genève, l’équipe d’experts juridiques a fait part de ses conclusions.

Le chef de l’équipe, Nicholas Koumjian, a déclaré : « Les informations recueillies attestent que les forces de sécurité agissent de façon coordonnée dans les différentes régions, et visent systématiquement certaines catégories de personnes, comme les journalistes et les professionnels de la santé. » Il a précisé que plusieurs milliers de personnes sont arbitrairement emprisonnées.

M. Koumjian a indiqué qu’ils avaient recueilli plus de 219 000 données depuis le putsch du mois de février. Les experts se sont servis d’informations en libre accès ainsi que de photos et de vidéos recueillies auprès de la population. Il a ajouté que le Mécanisme du Myanmar allait continuer de faire tout son possible pour rassembler des preuves des crimes internationaux les plus graves.

Il a affirmé à la NHK : « Des gens au Myanmar nous envoient des informations et je suis sûr qu’ils en ont plus que ce qu’ils peuvent nous donner, mais ils ne sont plus en sécurité dans leur pays à présent. » Il a expliqué que la mission doit maintenant trouver des moyens de garantir la sécurité de ces personnes.