Les personnes infectées par le variant Delta libèrent « 4 fois plus de virus »

La NHK a appris que, par estimation, les personnes infectées par le variant Delta du coronavirus libèrent au moins quatre fois plus d'agents pathogènes que les personnes porteuses des autres variants.

La société japonaise de services de tests en laboratoire BML a compilé ces données. Elle effectue jusqu'à 20 000 tests PCR par jour.

Un test PCR multiplie les gènes du virus dans un échantillon. Lorsque le virus est détecté avec moins de cycles d'amplification, cela signifie que l'échantillon contient une plus grande quantité de virus.

Selon BML, le virus a été détecté à moins de 20 cycles dans 38 % des échantillons en janvier de cette année.

Ce pourcentage est passé à 41,4 % en avril, lorsque le variant Alpha s'est propagé.

Lorsque le variant Delta est devenu dominant en juillet, le pourcentage est passé à près de 66 %, se stabilisant à environ 64 % en août.

Le nombre de cycles est appelé la valeur Ct. Une valeur inférieure ou égale à 40 indique un résultat positif.

Sur la base de la valeur Ct la plus courante pour chaque mois, BML estime que les quantités de virus dans les échantillons prélevés chez les porteurs du variant Delta sont quatre à 64 fois supérieures par rapport à celles de la souche d’origine et du variant Alpha.

Le responsable d'exploitation chez BML, Yamaguchi Toshikazu, indique que la société a commencé à voir davantage d'échantillons présentant des valeurs Ct plus faibles et contenant de plus grandes quantités de virus à partir de juillet.

Il précise qu'il existe une nette différence dans les quantités de virus entre les échantillons contenant le variant Delta et ceux contenant d'autres variants.