L’Iran autorise l’AIEA à réviser des caméras de surveillance

L’Iran accepte d’autoriser l’Agence internationale de l’énergie atomique, l’AIEA, à réviser des caméras de surveillance dans les complexes nucléaires du pays.

L’accord a fait l’objet, dimanche, d’un communiqué conjoint à l’issue d’un entretien entre Rafael Grossi et Mohammad Eslami, respectivement chefs de l’AIEA et de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique.

Il s’agissait de la première visite de M. Grossi en Iran depuis l’accession au pouvoir du président Ebrahim Raïssi, partisan de la ligne dure anti-américaine, en août dernier.

En février, Téhéran avait convenu avec l’AIEA de préserver les images de surveillance. Selon un rapport de l’agence publié ce mois-ci, l’accès aux équipements de surveillance était toutefois impossible.

Le communiqué conjoint précise donc que les inspecteurs de l’AIEA pourront désormais assurer la maintenance de leur matériel et remplacer les unités de stockage.

Ces dernières seront archivées en Iran, sous le double scellé de l’AIEA et de l’agence iranienne.

L’accord de dimanche s’est conclu en prélude à la prochaine réunion de l’AIEA, qui débutera mardi.

Téhéran adopte une attitude coopérative en vue d’atténuer les critiques et inquiétudes de l’Occident.