Rappel des positions des trois principaux candidats à la présidence du PLD au Japon

Le débat va s’intensifier entre les candidats à la présidence du principal parti au pouvoir au Japon. Le gagnant est pratiquement assuré de remplacer le premier ministre sortant Suga Yoshihide à la tête du gouvernement.

Au moins trois personnes se présenteront à l’élection présidentielle du Parti libéral démocrate, qui aura lieu avant la fin du mois. La campagne officielle commence vendredi prochain.

Le ministre de la Réforme administrative, Kono Taro, a officiellement annoncé sa candidature vendredi. L’ancien chef de la stratégie politique du PLD, Kishida Fumio, et l’ancienne ministre de la Gestion publique, Takaichi Sanae, sont déjà entrés dans la course.

L’attention se concentre sur les politiques économiques et énergétiques des candidats.

M. Kono a déclaré que les centrales nucléaires qui ont été jugées sûres seront autorisées à fonctionner. Il avait auparavant déclaré que le Japon devait abandonner progressivement l’énergie nucléaire.

M. Kishida appelle à un nouveau type de capitalisme basé sur un cycle bénéfique de croissance et de distribution des richesses. Il proposera également la création d’une agence de crise sanitaire pour superviser la réponse à la pandémie.

Mme Takaichi indique qu’elle visera à stabiliser les prix à la consommation dans le cadre d’un objectif d’inflation de 2 %. En ce qui concerne l’énergie, elle a précédemment expliqué que des réacteurs nucléaires de plus petite taille pourraient garantir un approvisionnement stable en électricité.