Le Japon cherche à préserver les missions élargies des FAD

L’intensification des activités des Forces japonaises d’autodéfense (FAD) au cours des 20 années qui ont suivi les attaques terroristes du 11 septembre suscite des discussions sur leurs missions à venir.

Le gouvernement prévoit de continuer à déployer les FAD pour contribuer à la paix et à la stabilité mondiales.

Les différents risques sécuritaires, comme le terrorisme, se sont intensifiés dans le monde. Tokyo estime que les missions des FAD, notamment la lutte contre la piraterie et les interventions en cas de catastrophe, ont été très appréciées par la communauté internationale.

Après les attentats du 11 septembre 2001, le Japon a déployé des navires des FAD maritimes dans l’océan Indien en appui de la flotte américaine. Leurs missions se concentraient sur des aspects logistiques. Ils devaient notamment ravitailler les bateaux américains.

La législation sur la sécurité nationale promulguée en 2015 permet au Japon de secourir et de protéger ses citoyens en cas d’urgences à l’étranger.

Certains parlementaires du Parti libéral démocrate, principale composante de la majorité au pouvoir, veulent faciliter le déploiement des FAD à l’étranger. Ils regrettent notamment que le gouvernement n’ait pas su réagir rapidement à la brusque dégradation de la situation en Afghanistan après la prise de pouvoir des talibans.

Les FAD aériennes ont évacué une Japonaise et 14 Afghans du pays, mais la mission s’est terminée en laissant d’autres personnes sur place.