Le gouvernement japonais officialise la prolongation de l’état d’urgence jusqu’à fin septembre

Le gouvernement japonais prolonge l’état d’urgence lié au coronavirus dans de nombreuses régions de l’Archipel. Il va rester en vigueur dans 19 départements, dont Tokyo et Osaka, jusqu’à la fin du mois de septembre.

Le premier ministre Suga Yoshihide constate que les nouvelles contaminations sont en baisse dans l’Archipel, mais s’inquiète cependant du nombre de cas graves, qui reste élevé.

“Les experts estiment que nous devrions prendre en considération des facteurs variés lorsqu’on décide de lever ou pas l’état d’urgence. Il faut notamment tenir compte du taux d’occupation des hôpitaux, du nombre de patients gravement malades, du nombre de nouveaux cas, de celui des gens devant se soigner à domicile, et de la portée des vaccins dans l’amélioration de la situation. Nous avons donc pris nos décisions en fonction de toutes ces données”, a expliqué M. Suga.

Il a souligné que le gouvernement prévoit de pouvoir vacciner toutes les personnes qui le souhaitent en octobre et novembre et qu’un système de vérification des certificats de vaccination ou des résultats des tests négatifs va être mis en place.

L’état d’urgence en vigueur au Japon est moins rigide que les confinements mis en place dans d’autres nations.

Le gouvernement demande à la population d’éviter de se trouver dans des foules, et de travailler à domicile autant que possible. Il réclame aussi aux bars et restaurants de ne pas servir d’alcool et de fermer plus tôt que d’ordinaire.

Les grands magasins et les centres commerciaux doivent pour leur part limiter le nombre de leurs clients. Les organisateurs de spectacles et de manifestations de masse ont également fait l’objet d’instructions similaires.

Les autorités dans tout le pays ont confirmé plus de 10 000 cas de contaminations au coronavirus pendant la journée de jeudi.

Lors de la conférence de presse de jeudi, M. Suga a également annoncé “Je continuerai à me consacrer aux devoirs de ma fonction jusqu’à mon tout dernier jour en tant que premier ministre.”

Suga Yoshihide avait déjà annoncé qu’il n’était pas candidat au poste de dirigeant de la principale formation politique japonaise, le Parti libéral démocrate.

Cela signifie dans les faits qu’il quittera son poste de premier ministre. Il a mis l’accent sur le fait qu’il avait pris cette décision afin de pouvoir se consacrer pleinement à la lutte contre le coronavirus.