Les États-Unis et leurs alliés conviennent d’unir leurs efforts autour du dossier afghan

Les États-Unis et leurs alliés et partenaires ont fait part d’une volonté d’unir leurs efforts pour garantir la liberté de mouvement et la protection du droit des femmes en Afghanistan, pays aujourd’hui contrôlé par les talibans.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken et le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, ont eu mercredi un entretien en ligne, sur le dossier afghan. Les ministres des Affaires étrangères et autres officiels d’environ 22 pays, de l’Union européenne, de l’OTAN et de l’ONU, ont participé à la discussion.

MM. Blinken et Maas ont ensuite donné une conférence de presse conjointe, dans une base militaire aérienne située en Allemagne.

Les talibans ont nommé les ministres de leur administration provisoire, mais selon M. Blinken, il ne s’agit pas d’un gouvernement de type inclusif.

Il a observé que la liste des noms annoncés comportait exclusivement des membres ou sympathisants des talibans, et aucune femme.

M. Maas a également fait part de ses préoccupations, estimant que l’optimisme n’était pas de mise.

Antony Blinken a ajouté que les États-Unis et la communauté internationale jugeraient le gouvernement provisoire afghan et les talibans sur leur attitude.

La Chine et la Russie, fortement influentes sur l’Afghanistan, n’ont pas participé à l’entretien.

Le ministre japonais des Affaires étrangères Motegi Toshimitsu a déclaré à ses interlocuteurs que son pays continuerait d’unir ses efforts à ceux de la communauté internationale pour permettre à ceux qui le souhaitent de quitter l’Afghanistan en toute sécurité.

Il a précisé que Tokyo contribuerait au renforcement des mesures ad hoc pour empêcher l’Afghanistan de se transformer en bastion du terrorisme.

M. Motegi a indiqué que le gouvernement nippon avait dépêché son émissaire au Moyen-Orient Uemura Tsukasa à Doha, capitale du Qatar, en vue de plancher sur ces questions avec les talibans.

M. Motegi a également promis une aide d’environ 200 millions de dollars en faveur de l’Afghanistan et des pays voisins, d’ici la fin de l’année, afin de financer la construction d’abris pour les personnes évacuées, ainsi que l’approvisionnement en eau et en nourriture.