Myanmar : le gouvernement parallèle appelle à un soulèvement

Le Gouvernement du Myanmar pour l’unité nationale, composé de forces prodémocratie, a appelé à la révolte contre la junte militaire dans ce pays d’Asie du Sud-Est.

Le gouvernement parallèle est composé de parlementaires évincés, soutenant Aung San Suu Kyi, ainsi que de représentants de minorités ethniques.

Duwa Lashi La, le président de facto du gouvernement parallèle, a publié un discours en ligne mardi déclarant le lancement d’une « guerre défensive » contre le pouvoir militaire.

Il a aussi souligné que l’armée continuait de tuer, de torturer et d’arrêter les habitants.

Il a appelé la force de défense du peuple, formée par des citoyens armés dans tout le pays, et les militants de plusieurs minorités ethniques à attaquer l’armée et ses installations.

Duwa Lashi La a aussi demandé aux autres citoyens de soutenir les activités de la force de défense tout en restant vigilants.

Le discours serait un moyen de faire savoir que des forces prodémocratie sont présentes alors que l’Assemblée générale des Nations unies doit s’ouvrir plus tard ce mois-ci.

Le porte-parole de l’armée, Zaw Min Tun, a rejeté l’appel à la révolte de M. Duwa Lashi La.

Il a précisé mardi sur la chaîne de télévision d’État du Myanmar que le gouvernement parallèle essayait d’attirer l’attention de la communauté internationale.