Un parlementaire japonais condamné à 4 ans de prison pour corruption

Un tribunal de Tokyo a condamné Akimoto Tsukasa, parlementaire japonais de la Chambre basse, à 4 ans de prison pour avoir reçu des pots-de-vin dans le cadre de projets de complexes touristiques menés par le gouvernement et pour avoir tenté de corrompre les témoins.

Le tribunal de district de Tokyo lui a aussi infligé une amende de quelque 68 000 dollars.

Alors qu’il était ministre d’État au bureau du Cabinet, M. Akimoto était en charge des complexes touristiques intégrés, où l’on trouve notamment des casinos.

Il a été inculpé d’une part pour avoir accepté des pots-de-vin de la part d’une entreprise chinoise qui cherchait à pénétrer ce marché, et d’autre part, pour avoir demandé à cette même entreprise de faire un faux témoignage devant le tribunal, en échange d’argent comptant.

Les procureurs réclamaient une peine de 5 ans de prison, jugeant que les agissements de M. Akimoto relevaient d’une malveillance sans précédent. M. Akimoto a quant à lui rejeté tous les chefs d’accusation, et assuré qu’il n’avait jamais agi dans les intérêts d’une seule entreprise.

M. Akimoto est le premier parlementaire depuis 2004 à écoper d’une peine de prison pour corruption dans un tribunal de district.