En Guinée, les putschistes veulent un gouvernement d’unité nationale

En Guinée, les meneurs du coup d’État ont annoncé qu’ils prévoient la mise en place d’un gouvernement de transition.

Dimanche, des tirs nourris ont éclaté près du palais présidentiel à Conakry, la capitale de ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Des soldats sont ensuite apparus à la télévision d’État, et ont déclaré avoir pris le contrôle du pays.

Il n’était pas alors certain que l’armée avait effectivement pris le pouvoir, et des rumeurs circulaient selon lesquelles l’attaque du palais présidentiel avait été repoussée.

L’agence de presse Reuters indique toutefois que les militaires ont établi un plan de mise en place d’un gouvernement transitionnel d’unité nationale, sans préciser de date, lors d’une réunion lundi, en présence des ministres du président Alpha Condé.

On ne sait toujours pas où ce dernier se trouve, mais il aurait été arrêté pendant le coup.

Dimanche, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a déclaré qu’il condamnait fermement toute prise du pouvoir par la « force des armes » et a demandé la libération immédiate du président.

L’Union africaine a elle aussi condamné le coup d’État et prévoit des discussions pour décider de la réponse que les États membres vont apporter.