Japon : candidats à la succession de Suga Yoshihide

Au Japon, suite à la décision du premier ministre Suga Yoshihide de ne pas concourir à l’élection de la présidence de son parti, les candidats potentiels à sa succession, au sein de la formation au pouvoir, se mettent en ordre de marche.

M. Suga a fait savoir vendredi qu’il ne serait pas candidat au prochain scrutin pour la présidence du Parti libéral démocrate, assurant qu’il préférait se concentrer sur la gestion de la pandémie de coronavirus.

Sa décision implique une démission de son poste de premier ministre au terme de son mandat à la tête du parti, fin septembre.

Les parlementaires du PLD se sont aussitôt mobilisés, le but étant désormais de prendre la succession de M. Suga.

L’ancien ministre des Affaires étrangères, Kishida Fumio, qui a déjà annoncé sa candidature, a rencontré en ligne les membres de l’assemblée préfectorale, à Okinawa, en quête de leur soutien.

Kono Taro, le ministre en charge de la campagne de vaccination, est intervenu dans un événement de mode organisé en ligne pour inciter les jeunes à se faire vacciner.

Il a déclaré que le Japon administrait actuellement près de 1,2 million de doses par jour et pourrait assurer deux injections à chacun, d’ici début novembre.

L’ancienne ministre de l’Intérieur Takaichi Sanae, qui a également affiché ses ambitions, a passé la journée à préparer les documents requis pour la candidature.

Une autre ancienne ministre de l’Intérieur, Noda Seiko, a sollicité les parlementaires du PLD. Mme Noda n’est liée à aucune faction du parti.

L’ancien ministre de la Défense Ishiba Shigeru a contacté certains députés pour évaluer la situation au sein du PLD.

La campagne pour l’élection à la présidence du parti débutera le 17 septembre prochain. Le vote et le décompte des voix se dérouleront le 29 septembre.