Le gouvernement japonais veut permettre le retour des habitants dans le périmètre évacué autour de Fukushima

Le gouvernement japonais veut permettre aux anciens habitants des zones interdites d’accès autour de la centrale nucléaire Fukushima Dai-ichi de revenir vivre sur place d’ici 2029.

Une réunion de différents groupes de travail sur la reconstruction et la catastrophe nucléaire a approuvé mardi une politique sur l’action gouvernementale nécessaire pour lever d’ici 2030 l’ordre d’évacuation qui touche ces zones.

Cette politique concerne des endroits qui n’ont pour le moment pas de chance de voir les ordres d’évacuation levés, situés dans des zones où le retour des habitants est considéré difficile.

Les groupes de travail ont indiqué que le gouvernement va rigoureusement étudier les volontés de tous les résidents et décontaminer les endroits nécessaires à leur retour.

Le premier ministre Suga Yoshihide a déclaré que plus de 11 ans après, la reconstruction avance à bon rythme grâce aux efforts des personnes sinistrées, mais il a ajouté que des réponses aux moyen et long termes étaient nécessaires après la catastrophe nucléaire.

M. Suga a annoncé de prochaines discussions approfondies sur le travail de décontamination des communautés locales, pour réduire les niveaux de radiation afin de permettre le retour des habitants.

Au sujet du projet de rejet en mer des eaux traitées de la centrale, M. Suga a déclaré que le gouvernement serait attentif à transmettre l’information tout en évitant que des rumeurs infondées ne se répandent.

Il a indiqué que le gouvernement dans son ensemble ferait tout ce qui est nécessaire à la reconstruction et la revitalisation de Fukushima, et ajouté que la totalité du cabinet s’investirait, avec la ferme conviction qu’ils sont tous ministres chargés de la reconstruction.