Conférence du Moyen-Orient sur les menaces liées à l’État islamique

Les dirigeants et ministres de neuf pays du Moyen-Orient, en plus de la France, ont évoqué les efforts à déployer face aux menaces du groupe État islamique, lors d’une conférence internationale organisée en Irak.

Cette réunion sur les questions régionales s’est tenue samedi à Bagdad, deux jours après l’attentat-suicide meurtrier perpétré à Kaboul, la capitale de l’Afghanistan. Une antenne régionale de l’État islamique est vraisemblablement à l’origine de l’attaque.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré que les menaces de l’EI persistaient et que les pays concernés ne devaient pas baisser la garde.

Les participants ont également convenu d’œuvrer en commun à la reconstruction de l’économie irakienne, où de nombreuses infrastructures ont été détruites dans le combat livré contre le groupe État islamique.

Les troupes américaines stationnées en Irak devraient en principe achever leur mission d’ici la fin de l’année. Leur objectif était d’éliminer les activistes de l’EI.

Les ministres des Affaires étrangères d’Arabie saoudite et de l’Iran, dont les relations diplomatiques s’étaient dégradées il y a cinq ans, étaient également présents.

L’Irak, le pays hôte, s’efforce apparemment de consolider son rôle dans la région en invitant les parties opposées et en les incitant à améliorer leurs relations.