Un logiciel espion israélien aurait été utilisé pour surveiller des personnalités

Des médias occidentaux rapportent qu’un logiciel espion développé par une firme de cybersurveillance israélienne a été utilisé pour collecter des renseignements de journalistes et de militants pour les droits humains du monde entier.

Des médias de 10 pays, notamment le Washington Post, ont rapporté dimanche que le logiciel Pegasus, développé par l’entreprise israélienne NSO Group, avait été utilisé pour espionner diverses personnalités.

Pegasus est capable de collecter des données de téléphone portable. NSO Group affirme qu’il vend uniquement son logiciel aux gouvernements pour contrer les attaques terroristes ou criminelles.

Un consortium mondial de presse a publié un rapport après avoir analysé des smartphones obtenus sur la base d’une liste de plus de 50 000 numéros qui auraient pu être ciblés.

Les propriétaires des téléphones incluent des journalistes, des militants qui luttent pour les droits humains, des responsables de gouvernements, et autres personnalités.

D’après le rapport, 37 téléphones étaient infectés par le logiciel, soit plus de la moitié de ceux qui ont été analysés. Parmi les cibles se trouvent des personnes liées au journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, assassiné il y a trois ans en Turquie.

NSO Group a répondu aux accusations en disant qu’elles étaient scandaleuses et très loin de la réalité. L’entreprise envisage de lancer des poursuites judiciaires pour diffamation.