L’opposition parlementaire en Corée du Sud croit en ses chances de remporter la prochaine élection présidentielle

Le nouveau leader du plus grand parti d’opposition de Corée du Sud affirme que son parti a une chance de reprendre le contrôle du gouvernement pour la première fois depuis cinq ans en remportant l’élection présidentielle de mars prochain.

Lee Jun-seok a accordé une interview exclusive à la NHK jeudi. Âgé de 36 ans, il est devenu le mois dernier le chef du Parti du pouvoir populaire, bien qu’il n’ait jamais siégé au parlement du pays.

M. Lee a déclaré que la probabilité d’un changement de gouvernement était plus que jamais élevée. Il a toutefois souligné que son parti devrait réunir les conservateurs du pays s’il espère remporter l’élection.

Le bloc conservateur sud-coréen s’est divisé en 2016 sur la question de savoir s’il fallait destituer la présidente de l’époque, Park Geun-hye, impliquée dans un scandale de corruption. Mais M. Lee a déclaré que son parti pourrait combler ce fossé en créant un environnement politique dans lequel les législateurs aux opinions divergentes pourront coexister.

Le parti n’a actuellement aucun candidat prometteur pour la présidence, mais certains membres ont exprimé l’espoir que l’ancien procureur général Yoon Seok-youl se présente sous les couleurs du parti.

M. Yoon a démissionné de son poste en mars après un désaccord avec l’administration du président Moon Jae-in, qui souhaitait une réforme du Parquet. Les enquêtes d’opinion montrent qu’il est un choix populaire pour devenir le prochain président.

M. Lee a déclaré qu’il espérait que M. Yoon rejoindrait le Parti du pouvoir populaire au début du mois prochain. Il a déclaré que ce dernier n’avait pas d’autre choix que d’adhérer au parti s’il espérait obtenir de bons résultats à la présidentielle.

M. Lee a également évoqué l’état actuel des relations entre le Japon et la Corée du Sud. Il a déclaré que les liens entre les deux pays se sont tendus sous l’administration Moon, et que le parti qui prendra le pouvoir l’année prochaine devra s’efforcer de résoudre la situation.