Les violences, pillages et décès augmentent en Afrique du Sud

Les manifestations ont continué de dégénérer en Afrique du Sud mardi après l’emprisonnement de l’ancien président Jacob Zuma. Plus de 70 personnes sont mortes alors qu’une vague de protestation déferle sur tout le pays.

L’armée tente de reprendre le contrôle de la situation. Les sympathisants de M. Zuma sont descendus dans les rues après son arrestation la semaine dernière. Il est accusé de corruption alors qu’il était au pouvoir.

Lundi soir, le gouvernement a annoncé le déploiement de 2500 soldats. Selon les autorités, 1234 personnes ont été arrêtées jusqu’à présent. Les pillages ont continué dans tout le pays mardi. Des personnes ont par ailleurs été piétinées à mort dans un centre commercial de Johannesburg, la plus grande ville du pays, au sud.

Selon les autorités de la province, 10 personnes ont trouvé la mort, ce qui amène le nombre total des décès à 72 dans le pays.

L’agitation a forcé de nombreux centres de vaccination à fermer temporairement en dépit du nombre en augmentation de contaminations au coronavirus.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a déclaré lundi que ce niveau de violence avait rarement été « observé » dans l’histoire de la démocratie de son pays.