« Pluie noire » : un tribunal de grande instance défend la décision d’un tribunal de première instance

Un tribunal de la ville de Hiroshima a défendu la décision d’un tribunal de première instance reconnaissant les personnes s’étant trouvées hors des zones officiellement désignées comme des « hibakusha » ou survivants de la bombe atomique.

L’affaire impliquait des personnes ayant été exposées aux pluies radioactives qui ont suivi le bombardement atomique de la ville en 1945.

Le tribunal de grande instance de Hiroshima a rendu son verdict mercredi.

Un total de 84 plaignants, des personnes âgées et leurs familles pour la plupart, avait porté plainte en 2015 contre la préfecture de Hiroshima et la ville du même nom.

Ils estimaient avoir souffert de problèmes de santé liés à l’exposition à ce qui est connu sous le nom de « pluie noire ».

Ils demandaient à ce que leur soit délivré un certificat légal les reconnaissant comme étant des survivants du bombardement atomique. À ce titre, ils pourraient bénéficier d’une assistance médicale.

Cependant, les plaignants se trouvaient hors des zones désignées et ont donc été exclus de l’assistance en question.

En juillet 2020, la décision du tribunal de district de Hiroshima avait reconnu le statut de « Hibakusha » des plaignants pour la première fois. La ville et la préfecture avaient fait appel de la décision.

Selon un journaliste de la NHK, la décision de mercredi pourrait affecter les débats d’une commission gouvernementale qui examine l’éventualité d’étendre le champ des zones qui ont été touchées par la « pluie noire ».