Des entreprises japonaises pourraient cesser d’utiliser le coton du Xinjiang

De grandes entreprises nippones pourraient cesser d’utiliser le coton originaire de la région autonome ouïgoure du Xinjiang. Ces entreprises réexaminent leurs chaînes d’approvisionnement en raison d’allégations selon lesquelles le matériau est produit par des personnes victimes de travaux forcés.

La société de prêt-à-porter World envisage de mettre fin à la vente de vêtements faits à partir du coton qui provenant de la région du Xinjiang. Elle indique que cette initiative est nécessaire afin de traiter la question des droits humains.

L’entreprise d’articles de sport Mizuno réexamine sa chaîne d’approvisionnement, en vue de cesser l’utilisation de produits en coton fabriqués dans cette région.

Mais l’opérateur des magasins d'articles ménagers Muji prévoit de continuer d’utiliser le coton du Xinjiang dans ses produits. Ryohin Keikaku indique qu’une inspection récente n’a pas montré d’importantes violations, telles que des travaux forcés. 

Des allégations selon lesquelles les minorités ethniques dans la région du Xinjiang seraient soumises à des travaux forcés ont suscité des critiques de la part de la communauté internationale. Pékin récuse ces allégations.