Le variant Delta se propage dans la région du Kanto, selon des experts japonais

Des chercheurs japonais estiment que plus de 30 % des infections au coronavirus à Tokyo et dans ses environs sont dues au variant Delta, hautement contagieux.

Lors d'une réunion du groupe d'experts du ministère de la Santé mercredi, des scientifiques de l'Institut national des maladies infectieuses ont déclaré avoir fait cette estimation sur la base des résultats des dépistages des variants du coronavirus.

Ces dépistages utilisent des échantillons provenant de personnes testées positives pour détecter le variant. La mutation L452R a été observée pour la première fois en Inde.

Selon les chercheurs, le nombre d'échantillons contenant le variant Delta a commencé à augmenter à la mi-juin à Tokyo et dans les préfectures voisines de Saitama, Chiba et Kanagawa. Ils estiment que ce variant est à l'origine de 34 % de toutes les infections dans ces régions.

Les scientifiques estiment également que le ratio dépassera probablement 75 % d'ici la fin du mois de juillet et que le variant sera à l'origine de la quasi-totalité des cas en août.

Dans les préfectures d'Osaka, Kyoto et Hyogo, dans l'ouest du Japon, on estime que le variant est responsable de 12 % de tous les cas, un chiffre bien inférieur à celui de la région de Tokyo. Mais les chercheurs préviennent que le variant a peut-être remplacé la souche d'origine, le taux ayant progressivement augmenté.