Emmanuel Macron et Angela Merkel, inquiets de la situation des droits de l’Homme en Chine

Le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont fait part au président Xi Jinping de leur inquiétude concernant la situation des droits humains en Chine.

Les trois dirigeants se sont entretenus lors d’une vidéoconférence lundi. D’après le bureau présidentiel français, ils auraient notamment échangé leurs points de vue sur l’action à mener contre les changements climatiques et l’aide économique en Afrique.

Toujours selon le bureau, M. Macron et Mme Merkel ont exprimé leur grande préoccupation au sujet de la situation des droits humains en Chine, et ont demandé l’abolition du travail forcé, faisant allusion à la région autonome ouïghoure du Xinjiang.

La France et l’Allemagne sont de plus en plus inquiètes au sujet des activités maritimes de la Chine, et des questions de droits humains dans le pays, mais elles accordent aussi une grande importance aux relations économiques avec Pékin. Elles considèrent que la coopération est essentielle pour traiter de problèmes mondiaux, comme les changements climatiques et la pandémie de coronavirus.

L’agence de presse chinoise Chine Nouvelle a rapporté les propos de M. Xi, qui aurait espéré au cours des discussions que le « camp européen joue un rôle plus positif dans les affaires mondiales » et qu’il « fasse preuve d’une indépendance stratégique ».

Pour les observateurs, Pékin semble craindre que les États-Unis et leurs alliés joignent leurs forces pour lui faire face, et que les pays européens leur emboîtent le pas.