Selon un supercalculateur japonais, le risque de contamination au Stade national serait proche de zéro

Le ministre japonais de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et des Technologies affirme que le risque de propagation du coronavirus au Stade national peut, sous certaines conditions, être proche de zéro, même dans le cas où 10 sur 10 000 spectateurs seraient infectés.

Hagiuda Koichi a dévoilé à la presse les résultats des calculs du superordinateur japonais Fugaku, après une réunion du Cabinet mardi.

La simulation était basée sur l’hypothèse que 10 personnes étaient contaminées sur 10 000 autorisées dans le stade, et que tout le public portait un masque et respectait les distances entre les sièges.

D’après les résultats, si le vent souffle à l’arrière des gradins, le risque de contamination est proche de zéro. Si le vent est en direction des gradins, moins d’une personne court le risque d’être contaminée.

Pour M. Hagiuda, c’est une preuve scientifique que la propagation du virus peut être circonscrite, du moins dans le cas du Stade national.

Il a indiqué qu’il prévoit de partager ces résultats avec le comité organisateur des Jeux de Tokyo, afin que les JO puissent avoir lieu en toute sécurité et sans inquiétude.

L’intervention de M. Hagiuda a lieu dans un contexte d’augmentation quotidienne des infections de Covid-19 à Tokyo.