Le bilan, trois ans après les pluies diluviennes dans l’ouest du Japon

Il y a trois ans, les fortes précipitations au Japon ont provoqué des catastrophes naturelles qui ont fait 281 morts dans quatre préfectures. Plus d’un millier de survivants vivent toujours dans des logements temporaires.

En juillet 2018, les pluies diluviennes avaient provoqué la mort de 150 personnes dans la préfecture de Hiroshima, 95 à Okayama, 33 à Ehime et 3 à Yamaguchi. Ces chiffres incluent les personnes qui sont décédées plus tard de causes liées à la catastrophe. Neuf personnes sont toujours portées disparues.

Les gouvernements préfectoraux signalent qu’en date de fin juin, de nombreuses personnes vivaient toujours dans des logements temporaires. Ils comptaient 732 personnes à Okayama, 223 à Ehime, 93 à Hiroshima et 5 à Yamaguchi.

La reconstruction des habitations n’avance que lentement, car la sécurité de ces communautés n’est toujours pas garantie. Les travaux de réparation des routes et des berges ont été retardés dans certaines régions à cause de la pénurie de main d’œuvre.