Le média indépendant Democratic Voice of Burma veut continuer d’informer sur la situation au Myanmar

L’armée du Myanmar a arrêté des dizaines de reporters et annulé les licences de médias locaux. Certains journalistes risquent tout de même leur vie pour propager l’information. Le rédacteur en chef du Democratic Voice of Burma, DVB, Aye Chan Naing, a fait savoir à la NHK pourquoi sa chaîne est déterminée à continuer de couvrir les événements au Myanmar. La junte a révoqué la licence du DVB au mois de mars, et la chaîne diffuse à présent ses reportages en ligne.

Lors de son interview, Aye Chan Naing a déclaré : « Quand on commence à filmer quelque chose dans la rue, même avec un téléphone portable, c’est déjà risqué. On trouve toutes sortes de moyens pour faire nos reportages. »

Il affirme que certains de ses collègues ont été arrêtés et emprisonnés. L’armée a libéré le mois dernier environ 2000 détenus, mais ses amis journalistes ne figuraient pas parmi eux.

Il a ajouté : « Ils ont pris des risques. Ils sont engagés pour ce qu’ils font et ce en quoi ils croient. Les gens doivent connaître les médias indépendants, la vraie information. Je pense que c’est ce que nous tentons de faire. »

Alors que couvrir la situation sur le terrain devient de plus en plus difficile, Aye Chan Naing a expliqué que le DVB s’appuie sur les informations de citoyens dans tout le pays, qui sont devenus sa principale source d’information.