La France enquête sur Uniqlo et trois autres multinationales de prêt-à-porter

Les autorités judiciaires françaises ont lancé une enquête sur Uniqlo et trois autres entreprises multinationales de prêt-à-porter, au sujet d’allégations de travaux forcés en Chine. Les entreprises sont soupçonnées de dissimuler des infractions contre l’humanité dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang. 

L’enquête a été suscitée par une plainte déposée par deux ONG. En avril, elles ont affirmé que les entreprises étaient soupçonnées d’utiliser des matériaux produits par des personnes soumises à des travaux forcés dans le Xinjiang.

Les entreprises en question sont Uniqlo France, une filiale de la firme nippone Fast Retailing, le détaillant Inditex, qui est propriétaire de Zara, ainsi que l’entreprise française SMCP et l’états-unienne Skechers.

Fast Retailing indique qu’il tente de confirmer les détails de l’enquête. Il a ajouté que l’entreprise japonaise ne tolère pas les travaux forcés et travaille actuellement pour empêcher les violations des droits humains, notamment au sein de sa chaîne d’approvisionnement.