Tepco critiquée pour de nouvelles négligences à la centrale nucléaire de Fukushima

L'exploitant de la centrale nucléaire endommagée Fukushima Dai-ichi a reconnu que les sismomètres installés dans le bâtiment du réacteur 3 étaient hors service au moment du puissant tremblement de terre survenu le 13 février dans le nord-est du Japon.

Lundi, la Compagnie d'électricité de Tokyo, Tepco, a présenté à l'Autorité de régulation du nucléaire, l’ARN, son évaluation de l'impact du séisme sur la centrale et a expliqué sa réponse à l’incident.

Les responsables de Tepco ont déclaré que l'entreprise avait installé en mars dernier deux sismomètres dans le bâtiment du réacteur 3 pour y évaluer l'activité sismique. Mais ils ont dû admettre qu’ils n’avaient pas pu recueillir de données sur les secousses survenues le 13 février au niveau de ce bâtiment, car les sismomètres étaient hors service.

Ils ont reconnu qu’ils connaissaient le dysfonctionnement des sismomètres, mais qu'ils ne les avaient pas réparés. Les fortes pluies de juillet dernier seraient une des causes de leurs pannes.

Le bâtiment du réacteur 3 a été endommagé lors de l'accident survenu en 2011 à la centrale, après un puissant tremblement de terre et un violent tsunami.

L'ARN a déclaré que Tepco devait s'interroger sur son incapacité à recueillir les données sismiques. Pour l’agence, sa réponse est problématique. Elle lui a demandé d'expliquer pourquoi elle n'avait pas effectué immédiatement les réparations.