Le Japon et les États-Unis condamnent les violences au Myanmar

Les hauts responsables des gouvernements japonais et américain ont vivement critiqué la répression par les forces de sécurité au Myanmar des manifestations contre le récent coup d'État militaire.

Le secrétaire en chef du gouvernement japonais, Kato Katsunobu, a déclaré lundi à la presse que le Japon condamne fermement les autorités pour avoir tiré sur les manifestants, causant la mort de plusieurs civils.

Il a exprimé ses condoléances aux familles endeuillées et sa sympathie la plus sincère aux personnes blessées.

Kato Katsunobu a déclaré que l'utilisation d'armes à feu dans le cadre de manifestations pacifiques ne saurait être tolérée. Il a ajouté que le gouvernement japonais exhorte les autorités de la sécurité du Myanmar à mettre immédiatement fin aux violences faites contre les civils et à libérer les officiels détenus, dont Aung San Suu Kyi.

Il a également déclaré que le gouvernement appelle l’armée du Myanmar à rétablir un système politique démocratique dans les plus brefs délais.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a déclaré sur Twitter que les États-Unis continueront à prendre des mesures strictes contre ceux qui commettent des violences contre le peuple du Myanmar. Il a déclaré que son pays se tenait aux côtés des personnes opprimées.