Un million de personnes descendent dans les rues au Myanmar

La tension monte au Myanmar alors que les habitants, qui travaillent dans de nombreux secteurs d'activités, organisent des grèves massives dans tout le pays pour s'opposer à la prise de pouvoir par l'armée.

Selon la presse locale, environ un million de personnes ont pris part aux manifestations de ce lundi dans au moins huit villes. C'est la plus importante protestation depuis le putsch du 1er février.

Dans la plus grande ville du pays, Yangon, les médecins et les infirmiers de plusieurs centres médicaux ont abandonné leur poste. Les grands centres commerciaux, les restaurants et les services de livraison ont été temporairement fermés.

Des individus, toutes générations confondues, ont pris part aux protestations. Ils ont bloqué d'importants axes routiers et intersections, appelant à la libération de la leader Aung San Suu Kyi.

Une jeune femme de 20 ans est décédée vendredi après avoir reçu une balle dans la tête le 9 février lors d'une manifestation dans la capitale Naypyitaw.

Selon la presse locale, trois manifestants ont été tués samedi dans les villes de Yangon et de Mandalay, la deuxième ville du pays.

L'armée a justifié l'usage de la force, expliquant vouloir dissiper les violents protestataires. Elle exhorte également la population à ne pas participer aux manifestations.