Commémoration du tremblement de terre de Christchurch en 2011

La Nouvelle-Zélande rend hommage aux 185 victimes du puissant tremblement de terre qui a secoué le pays il y a dix ans.

Le séisme de magnitude 6,3 a frappé le sud de la Nouvelle-Zélande le 22 février 2011.

Vingt-huit ressortissants japonais figurent parmi les victimes. Un grand nombre d'entre eux étudiaient dans une école de langues du centre de Christchurch. Le bâtiment abritant l'école s'est effondré.

La première ministre Jacinda Ardern et les membres des familles des victimes ont participé à une cérémonie qui s'est tenue dans la ville lundi.

Ils ont observé une minute de silence à 12h51, heure exacte à laquelle le tremblement de terre s’est produit. Ensuite, les noms des victimes ont été lus un par un à haute voix.

Jacinda Ardern a déclaré que dix années pouvaient sembler long, mais que pour beaucoup, c’est comme si le séisme s'était produit hier. Elle a appelé chacun à se souvenir de ceux qui ne sont plus là et à les célébrer.

Habituellement, les membres des familles japonaises assistent à la cérémonie de commémoration. Mais cette année, ils n'ont pas pu le faire, la Nouvelle-Zélande ayant interdit l'entrée du pays à la plupart des étrangers, en raison de la pandémie de coronavirus.

Dans la ville japonaise de Toyama, une cérémonie a été organisée dans une école professionnelle pour rendre hommage aux 12 élèves de l'établissement qui figurent parmi les victimes du séisme.

Une centaine de personnes se sont recueillies et ont déposé des fleurs à la mémoire des victimes à l’heure exacte à laquelle le tremblement de terre s’est produit.