Un accord temporaire est trouvé entre l’AIEA et l’Iran au sujet des inspections de sites nucléaires

À partir de mardi, l’Iran ne permettra plus les inspections inopinées sur ses sites nucléaires. C’est ce qu’annonce l’Agence internationale de l’énergie atomique, qui sera temporairement autorisée à mener les vérifications et la surveillance nécessaires.

L’AIEA a publié un communiqué après la rencontre en Iran dimanche du directeur de l’Agence, Rafael Grossi, et d’Ali Akbar Salehi, directeur de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique.

D’après ce texte, l’Iran va « mettre fin à l’application des mesures volontaires telles qu’envisagées » par l’accord de 2015 sur le nucléaire signé avec les puissances mondiales.

Le communiqué précise que les deux parties ont convenu d’un « accord bilatéral technique et temporaire, en vertu duquel l’AIEA pourra continuer les vérifications et la surveillance nécessaires pendant 3 mois. »

M. Grossi, qui s’exprimait devant la presse dans un aéroport à son retour à Vienne, a expliqué que l’Iran va restreindre l’accès à ses installations nucléaires.

Entre-temps, l’Organisation iranienne de l’énergie atomique indique que ses données sur les activités des sites nucléaires vont être conservées pendant trois mois, et transmises à l’AIEA dans le cas où les États-Unis lèveraient les sanctions économiques contre Téhéran. Faute de quoi, l’Iran menace de les détruire.