Partage d'expériences autour de la conservation de documents endommagés par des catastrophes

Au Japon, des groupes, qui cherchent à préserver des documents historiques endommagés par des catastrophes naturelles, ont organisé une réunion en ligne pour partager leurs expériences et leurs techniques.

Environ 230 personnes, représentant 30 groupes à travers le pays, ont participé à la rencontre samedi, environ deux semaines avant la commémoration du dixième anniversaire du tremblement de terre et du tsunami de mars 2011.

Un groupe de la préfecture de Miyagi, dans le nord du pays, a exposé ses efforts pour la préservation d'environ 100 000 objets endommagés par le puissant tsunami. L'un de ses membres, le professeur Hirakawa Arata de l'Université du Tohoku, a pris la parole au sujet de la méthode de conservation mise en place.

Selon lui, ils nettoient et congèlent les documents endommagés avant d'effectuer un séchage sous vide, afin de pouvoir les restaurer dans un état proche de celui d'origine.

Le professeur a également affirmé qu'un nombre croissant de bénévoles ont participé aux activités de conservation dans la préfecture.

Un autre participant de Fukushima a déclaré que la coopération continue avec les autorités locales a contribué à sauver de nombreux documents lorsque la préfecture a été durement touchée par un typhon en 2019.

Selon le chef du groupe de la préfecture de Miyagi, de nombreux groupes de conservation ont été formés à la suite des catastrophes qui ont eu lieu dans tout le pays. Il a ajouté que les groupes vont tenter de sensibiliser le public à l'importance de la préservation des documents historiques endommagés par les catastrophes.