Myanmar : deux manifestants tombent sous les balles de la police

Au Myanmar, de multiples médias déplorent deux morts et de nombreux blessés à l'issue des manifestations qui se sont déroulées samedi à Mandalay, la deuxième ville du pays.

Le mouvement de protestation se répand dans tout le pays, depuis plus de deux semaines, suite au putsch perpétré par l'armée le 1er février dernier.

Samedi, les manifestants ont occupé les grandes avenues de Yangon, la plus grande ville du Myanmar. Des rassemblements ont eu lieu dans tout le pays, notamment à Mandalay, dans le centre.

Selon la presse locale, la police a ouvert le feu peu après avoir sommé les ouvriers de l'industrie du pétrole de regagner leur lieu de travail. Ils protestaient également contre le coup d'État.

À Yangon, les protestataires ont pris la direction de l'ambassade des États-Unis, appelant Washington à durcir les sanctions déjà imposées aux dirigeants militaires du Myanmar.

Ils ont scandé des slogans confirmant leur détermination à poursuivre le mouvement de grève tant que le régime militaire serait maintenu.

La mort d'une jeune femme de 20 ans a été confirmée vendredi à Naypyitaw, la capitale. Elle avait été touchée à la tête par une balle de la police, lors d'une manifestation massive organisée le 9 février, devenant la première victime du mouvement de protestation.