Les États-Unis se disent prêts à revenir dans l’accord sur le nucléaire iranien

Les États-Unis ont exprimé leur volonté de discuter avec l’Iran concernant le retour de Washington dans l’accord de 2015 qui restreint les activités nucléaires de l’Iran.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a discuté de la question iranienne avec le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, le Britannique Dominic Raab et l’Allemande Heiko Maas lors d’une réunion virtuelle jeudi. La Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne sont parties prenantes de l’accord nucléaire.

Leur déclaration commune indique qu’ils partagent les préoccupations concernant les récentes actions de l’Iran visant à produire de l’uranium enrichi jusqu’à 20 % de pureté, violant ainsi de manière substantielle l’accord de 2015. Ils ont également cité la production d’uranium métal par l’Iran, qui, selon eux, est « une étape clé dans le développement d’une arme nucléaire ».

Les ministres ont déclaré qu’ils partageaient un intérêt commun, celui de veiller à ce que l’Iran ne puisse jamais développer une arme nucléaire. L’administration du président Joe Biden a montré son intérêt à revenir dans l’accord. Les États-Unis s’en sont retirés sous l’ancien président Donald Trump.

Le communiqué indique également que « M. Blinken a réitéré que, comme l’a souligné le président Biden, si l’Iran revient à un respect strict de ses engagements dans le cadre de l’accord, les États-Unis feront de même, et sont prêts à engager des discussions avec Téhéran à cette fin ».

Les ministres européens auraient salué l’intention des États-Unis de revenir à un dialogue diplomatique avec l’Iran.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a répondu sur Twitter. Il a affirmé que les trois pays européens devraient exiger de Washington qu’il mette fin aux sanctions économiques imposées à son pays.